Truck Ruler Bubble Payment

Payer votre commande en 4 fois

Le Mocassin - Cuir veau grainé blanc
Le Mocassin - Cuir veau grainé blanc
Le Mocassin - Cuir veau grainé blanc
Le Mocassin - Cuir veau grainé blanc
Le Mocassin - Cuir veau grainé blanc
Le Mocassin - Cuir veau grainé blanc
Le Mocassin - Cuir veau grainé blanc
Le Mocassin - Cuir veau grainé blanc
Le Mocassin - Cuir veau grainé blanc
Le Mocassin - Cuir veau grainé blanc

Le Mocassin - Cuir veau grainé blanc

209,00€ Prix Max Sauveur
299,00€ Prix du marché
fin de la vente dans:
Début de la précommande le 26 mars à 10h paires commandées

Cuir grainé - Portugal 
Cousu Goodyear 
Doublure cuir de veau 
Fabriquées au Portugal 
 


AUTRES COULEURS DISPONIBLES
LIVRAISON : SOUS 5 JOURS
CONSEIL POINTURE : prenez votre pointure habituelle

Le point de départ


Cela fait un bon moment que je souhaitais lancer un nouveau mocassin. C’est même devenu une obsession, à la limite du caprice d’enfant…

Pour être tout à fait franc avec vous, il y a de ça un 1 an et demi, je n’étais pas un grand amateur du mocassin.

Mais j’ai rapidement changé d’avis quand Paul (de chez Brut) et moi avons lancé le “Super Moc’ Paul”.

Au départ, j’ai dû me forcer à porter cette paire pour en faire la “promo” lors de la campagne de précommande.

Mais il se trouve que rapidement au fil des jours, j’ai trouvé le mocassin super simple à associer, très pratique à enfiler, élégant aux pieds… et petit à petit le super moc paul est passé en pôle position de mes chaussures les plus portées.

Ce modèle s’est rapidement intégré à toutes mes tenues et je me suis bien amusé avec !!

Je me suis tellement amusé que j’avais envie de jouer avec d’autres coloris…

Oui mais voilà, avec moi il n’y a rien de simple.

Je ne voulais pas tomber dans la facilité et décliner le moc Paul dans différents coloris.

Je voulais autre chose… (vous sentez le caprice d’enfant ?)

Je ne savais pas dans quoi j’allais m’embarquer mais je savais que je souhaitais :

- un modèle un poil plus relax (mais qui s’associe toujours parfaitement avec un costume)

-des coloris plus foufous

Un bon délire que tout le monde peut s’approprier.

Ah bah oui, si je veux me faire un kiffe avec un nouveau mocassin, je ne vais pas me la jouer perso…

Autant en faire profiter les copains !

(les copains c’est vous je préfère vous le rappeler… comment ça on est pas copains ?? ah mais si monsieur, vous êtes mon copain… je dis ce que je veux sur ma fiche produit de toutes les manières !).

Le challenge : créer un mocassin qui peut concurrencer votre paire de basket préférée

Ce mocassin n’allait pas ressembler au Moc’ Paul, même si porter ce dernier pendant 1 an m’a permis de savoir ce que je souhaitais pour ce nouveau modèle :

Je voulais créer un mocassin capable de concurrencer votre paire de basket préférée.

J’ai donc dû partir d’une feuille blanche.

Quand on veut quelque chose à tout prix, il ne sert à rien de se presser car c’est à ce moment-là qu'on fait des erreurs.

Pendant 10 mois, j’ai noté toutes les idées qui me venaient à l’esprit, tous les petits détails que je voulais tester, les cuirs que je voulais porter, les formes que j’imaginais… bref tout ce qui pouvait rendre ce mocassin original.

Ce Moc’, il est à l’image du projet Max Sauveur, un modèle où le plaisir passe avant le côté “business”.

Après avoir réalisé plus de 6 prototypes durant 1 an et demi, je suis vraiment super fier de vous le présenter le NOUVEAU Moc’.

Je me suis fait une paire pour mon kiff personnel, et je veux le partager avec vous.

Kiffer à plusieurs, c’est quand même plus sympa je trouve.

Allez, je vous le présente en détail.

Histoire du mocassin

Élaboré par les Amérindiens il y a plus de 5000 ans, le mocassin est probablement le modèle de chaussure le plus vieux du monde.

Sa légèreté permettait à ces derniers de chasser discrètement en forêt.

Depuis maintenant quelques années, cette forme a relativement évolué et le mocassin est devenu cette élégante chaussure sans lacet.

On peut distinguer aujourd'hui 3 variations qui font d’elle une forme iconique.

Le mocassin à pampilles, le Driving loafer (car shoe) et le Penny Loafer.

Je pourrais vous écrire un roman sur ces 3 familles mais je préfère m’attarder sur le modèle qui nous intéresse, le Penny Loafer.

Cette version est une réinterprétation des mocassins norvégiens (la chaussure des pêcheurs scandinaves) par les Américains au début des années 1930 et notamment par la marque G.H Bass.

Elle est reconnaissable par l'espace situé sur la pièce de cuir au niveau du cou-de-pied (appelée barrette). Cet espace rond était idéal pour insérer une pièce comme un penny ...d’où le nom Penny Loafer.

Etrange en effet... laissez moi vous raconter la suite.

Un modèle iconique pour négocier des traités et faire le MoonWalk

Le Penny Loafer fut rapidement adopté par les collégiens américains sur les campus accompagnant le style Ivy League.

Le président J.F Kennedy en était l’ambassadeur avec ses lunettes de soleil, son blazer tombant et son pantalon ample en lin blanc taillé parfaitement à ses mocassins.

Michael Jackson en était lui aussi dans un autre style, un emblématique représentant, avec ses chaussettes à paillettes.

Au fil des années, ce mocassin est devenu l’une des chaussures indispensable dans une garde robe à tel point qu’il concurrence dans les vestiaires, les modèles habillés comme le Richelieu ou le Derby.


L'anatomie du nouveau Mocassin


La forme en détail : 2 changements !

Pour pouvoir faire de ce mocassin un concurrent à vos sneakers préférées, il fallait que je bouscule les lignes…

… pour tout vous dire, je voulais un mocassin que vous pourriez même porter en jogging !

je voulais que ce moc’ soit ma chaussure à tous faire, la paire fétiche pour aller chercher les croissants le dimanche ou pour aller au resto le soir.

Comme dans une paire de sneakers, la clef se trouve dans la forme. J’ai observé pas mal de baskets pour tenter de comprendre en quoi leur forme était efficace.

J’ai remarqué que leurs formes étaient souvent arrondis et que la distance entre les lacets et l’avant de la chaussure était assez courte.

Plusieurs tests ont été nécessaires pour aboutir au parfait équilibre et réussir à garder cet ADN.

1er changement

Pour cela, j’ai d'abord raccourci la tige (la partie avant du mocassin) pour que la languette monte moins sur l’ourlet du pantalon. Cela permet au pantalon de ne pas se “casser” sur la chaussure et évite les plis en accordéon.

Niveau style, cela permet de laisser plus d’espace aux chaussettes durant l’automne et l’hiver. Car certe, si pendant le printemps et l’été elle pourra être portée pieds nus… avec des températures plus fraîches, une paire de chaussettes sera nécessaire.

Si l’envie vous prend, vous pourrez laisser place à votre créativité en customisant vos looks avec une couleur de chaussettes funky.

2ème changement

Ensuite, j’ai pris en compte les divers retours que m’ont fait les fiers propriétaires du Moc’ Paul !

Quelques-uns d’entre vous (les novices on va dire 😁) étaient un peu pressés et ne voulaient pas patienter pour “faire” le modèle car ils se sentaient ajustés au niveau du cou-de-pied.

Car oui, dans un mocassin, il est “nécessaire” de se sentir un peu compressé sur les côtés :

Si la barrette ne serre pas le pied au départ, vous risquez de perdre la chaussure lorsque le cuir s’étendra au bout de quelques jours de marche.

J’ai donc pris en compte les retours des clients ayant un cou-de-pied fort, en ajustant la “hauteur” de la tige.

Cela ne se voit pas immédiatement mais la distance entre la tige et la semelle intérieure à été repensée pour laisser plus d’espace que dans un mocassin classique.

L’intérieur de la chaussure sera plus spacieux en résumé.

Cela laissera votre pied “respirer” dès les premiers ports tout en le maintenant dans la chaussure.

⬅️Compliqué à expliquer à l’écrit, je vous ai fait une petite photo pour que vous compreniez).

Le résultat ? Une nouvelle forme qui vous fera un pied élégant, très confortable dès les premiers ports (comme une paire de sneakers !) et qui ne vous fera pas un grand panard quand vous les porterez avec un jean ou un costume.

La couture plateau qui vous fera un joli pied.

Alors ça, c’est un détail qui peut vous sembler ridicule mais dont je suis très fier.

C’est ce détail qui rend l’ensemble de la chaussure plus harmonieuse sans qu'on ne comprenne pourquoi (enfin, sauf si on travaille dans la chaussure,comme moi). .

Nous avons retravaillé ce qu’on appelle la couture plateau avec un“piquée retournée” pour qu’elle épouse les contours de la forme.

On voit que la couture est inversée et qu'elle ne peut être faite qu'à la main.

C'est un détail qui coûte cher et qu’on ne retrouve que dans des Maisons de Luxe.

Je m’explique :

Sur les mocassins ayant une couture plateau, j’avais l’impression d’avoir une sorte de triangle sur l’avant de mes chaussures. Cela me donne le sentiment d’avoir un mocassin trop pointu… (c’est peut être pour cette raison que je n’aimais pas les moc’ d’ailleurs).

Je trouvais que ça faisait un peu papi , un peu tristoune.

Non, moi je voulais un moc pour tous les jours et assez cool pour être porté comme une basket.

J’ai essayé pas mal de choses, et voici ce que j’ai trouvé :

Tout d’abord, la couture plateau a été redessinée pour former un arc de cercle plus arrondi.

Celui-ci a été aussi raccourci avec la tige (comme je l’expliquai dans le paragraphe plus haut).

Quand vous regardez le moc’ de haut en bas, il permet à vos pieds d’avoir une belle forme arrondie.

En plus de ça, nous avons donné du volume à cette couture pour lui donner un peu plus de prestance et pour qu’elle ne passe pas inaperçue.

La couture est bien arrondie et permet d’avoir un bon équilibre.

(Alors, expliqué comme ça, ça a l’air simple, mais on en a bavé pour en arriver à ça. C’est un détail subtile qui a demandé pas moins de 3 mois de travail. Je crois qu’on a dessiné une vingtaine de croquis et réalisé une dizaine de patronages pour que cette couture soit parfait)

Je voulais créer un équilibre parfait.

Et comme le dit Mr Miyagi : “Toute la vie, il faut équilibre et tout va mieux.”

Un bon cousu goodyear

Le cousu Goodyear, c’est l’un des montages de référence : il permet à toutes les parties de la chaussure d’être cousues en une couture, toutes ensemble (solidité et durabilité garanties).

Ce montage sert aussi à doter la chaussure d’une trépointe plus large que les standards tout en gardant de la finesse mais j’en parle plus dans le paragraphe juste en dessous.

On vous a fait un schéma (c’est un peu du chinois quand je l’explique à l’écrit).

Trépointe (= le contour de la semelle)

Nous avons cherché longtemps le détail permettant d’apporter un petit “je ne sais quoi” à ce moc.

Nous avons opté pour une trépointe en cuir qui “bave” un petit peu sur l’avant et l’arrière de la chaussure.

Visuellement, vous aurez l’impression d’être sur une belle plateforme en cuir.

En un coup d'œil, cette trépointe donne plus de prestance au modèle.

Histoire d’être remarqué sans trop en faire.

Semelle cuir ultra souple

C’est l’un des éléments les plus importants de la chaussure et pourtant il ne se voit pas… et on marche dessus.

Vous avez compris de quoi je parle… la semelle bien entendu.

Je ne voulais pas ajouter une semelle commando ou une semelle gomme à ce mocassin comme on a l’habitude.

Cela aurait apporté un côté trop massif qui l'empêcherait d’être associé avec des coloris de cuirs plus clairs.

Le contraste aurait été trop important (je vous dis ça en connaissance de cause, j’avais même testé un échantillon avec semelle commando).

Pour que cette paire soit polyvalente, il fallait la rendre la plus simple. C’est pour cette raison qu’on a décidé de garder la semelle originale en cuir.

En plus de favoriser la souplesse, cette semelle cuir permet d’apporter une belle finition latérale.

Quand vous regarderez la semelle sur le côté, vous distinguerez les fines couches de cuirs les unes sur les autres.

C’est beau et élégant surtout quand c’est associé à des coloris comme les notre.

Ah oui, rien n'empêche d’aller faire poser un patin si vous souhaitez protéger la semelle.

De notre côté, avec ou sans, on est certain qu’elle résistera à tous les obstacles.

C’est pour cette raison qu’on la garantit à vie!

Semelle biseauté (sexy et raffiné)

Ici on est purement sur un détail de “geek” de la chaussure.

Plus un modèle se veut “simple” plus il est important d’y ajouter des détails subtiles… vous me connaissez maintenant.

Vous n’avez peut-être jamais remarqué mais la plupart des chaussures sont montées avec une semelle droite, assez classique.

J’ai donc souhaité avoir un profil de semelle légèrement biseauté de manière à le rendre plus élégant.

Assis au resto, les pieds croisés, sur votre vélo ou à moto… c’est élégant, c’est beau.

Doublure cuir pour absorber l'humidité

Le confort sera présent également à l’intérieur de la chaussure.

Nous avons choisi de doubler l’intérieur de la chaussure avec une semelle en cuir de vachette, doux, qui absorbe l’humidité de vos pieds et les garde au chaud.

Nous partons du principe que vous porterez cette paire souvent, alors autant mettre toutes les chances de notre côté pour qu’elle soit confortable non ?

Car avec des mocassins, il est tout à fait possible d’être pieds nus … mais ça, je vous en parle plus bas.

Un cuir grainé blanc avec du caractère

Je voulais une paire qui puisse faire concurrence à n’importe quelle basket.

Quand je parle de basket, la première couleur qui me vient en tête, c’est le blanc

Tout le monde en a une dans son vestiaire (ne dites pas le contraire, je connais votre vestiaires.)

Forcément, le blanc c’est la couleur la plus polyvalente qu’il puisse exister, ça va avec tout, il n’y a pas de débat.

Alors pourquoi pas avec un mocassin ?

Vous verrez que c'est ULTRA simple à porter.

Avec un costume, en short ou avec un jean, brut, blanc ou noir par exemple, même en jogging !

(Je vous montre quelques exemples dans les styles tout en bas).

Avec la semelle et la trépointe de couleur naturelle, elles dégagent une préstance sans faire dans l’ostentatoir.

Si j’ai lancé Max sauveur, c’est pour réaliser des paires originales que vous ne trouverez pas partout… alors avec ce Blanc j’ai décidé de vous bousculer un peu, pour que vous essayez quelques chose de différent.

Et vous savez quoi ? je suis certain que vous allez l’adorer.

Ses caractéristiques

Parce qu’on sait que ça peut encore effrayer comme couleur, on a privilégié un cuir de veau finement grainé qui donne du relief à la chaussure.

Vous n'aurez donc pas juste un truc blanc sans relief à vos pieds.

Le cuir vient d’une tannerie Portugaise qui se trouve à 10 mn de notre atelier à Guimãres...

Il font un taf incroyable et j’essaye de plus en plus de privilégier le circuit court local quand c'est possible.

Question entretien, c’est comme toutes les autres chaussures en cuir : embauchoirs, un coup de chiffon, du lait de temps en temps, ça suffira.

(Quand je parle de lait je veux dire « crème », ne versez pas du lait demi-écrémé sur vos chaussures ! ça va pas ou quoi ?)

Fabriquées au Portugal

La confection de cette brogue est confiée à un atelier familial situé au Portugal, non loin de Porto.
 
Les 125 étapes nécessaires à la fabrication de la paire de chaussures sont réalisées à la main, par des artisans expérimentés, qui travaillent dans cet atelier parfois depuis plus de 40 ans.
 
Aucune chance pour nous d’être déçus de la qualité de chaque paire qui en sort.

Cet atelier, je le porte dans mon "coracaõ", je le fréquente depuis que je sais marcher... alors plutôt que d'écrire une lettre d'amour, j'ai préféré tourner une vidéo qui te raconte mon idylle.

Par contre, assis au resto par exemple, où quand vous chevaucherez votre Harley ou encore quand vous serez au feu rouge à vélo…

Les crochets révéleront l’identité de la Boots.

C’est ce genre de petit détail qui fait la différence dans une tenue.


Comment les porter ?


Facile et sans prise de tête

Le but de MAX Sauveur, c’est de vous proposer des chaussures faciles à porter et qui illumineront vos tenues.

Je n’aime pas trop donner des “leçons” quand il s’agit de style. Faites vous plaisir sans vous prendre la tête… La vie est déjà assez compliquée comme ça.

Toutefois, je peux vous donner quelques inspirations en image juste en dessous.

Livraison, Retour et échange gratuits

Livraison

En France métropolitaine la livraison en point relais est de 9€ et à domicile c'est 10€, que vous preniez 1 ou 10 paires de chaussures.

Vous pouvez aussi venir récupérer votre paire au showroom en click and collect à Paris. Bien entendu c'est gratuit.

retours offert et Changement de pointure facile.

Si la paire ne convient pas, les frais de retours seront offerts.

Pour un échange de pointure, nous prenons en charge le retour et la réexpédition de la paire pour les commandes livrées en France métropolitaine.

ECHANGES GRATUITS

Nous vous garantissons un échange gratuit (les frais de retours sont pour nous).

Si vous êtes Parisien, vous avez la possibilité de déposer la paire dans un de nos points de dépôt et de prendre un café par la même occasion.

Bien entendu, si la paire ne vous plaît pas à la réception, vous pouvez nous la renvoyer et nous procéderons au remboursement. Soit vous êtes satisfait, soit vous êtes remboursé.

Quelle pointure choisir ?

Le noveau Mocassin chausse normalement.

Si vous avez déjà une paire Max Sauveur (nottament une paire de Moc Paul) prenez la même pointure.

Si c'est votre première paire de Max Sauveur.

  • Si vous êtes entre 2 pointures, prenez une pointure supérieure. (Par exemple vous faites 27,4 cm prenez un 43)
  • Si vous portez des semelles orthopédiques, prenez une pointure supérieure. (Par exemple vous faites un 43 prenez un 44.)

(Note : tout ceci vaut uniquement pour les chaussures de ville... ne prenez JAMAIS en référence votre pointure “basket”)

“Et si je suis vraiment perdu ?”

Alors...sachez que tous les chausseurs chaussent différemment, il est donc compliqué de vous donner un tableau avec des conversions précises.

Comme j’aime le vrai service, on peut discuter de votre pointure par e-mail à hello@maxsauveur.com

Ça vous permettra de ne pas vous tromper et je l’espère, de trouver la pointure parfaite.

(Avant de m’écrire, suivez la procédure via ce lien pour mesurer votre pied cela me permettra de vous aider le mieux possible)

comment bien les entretenir ?

Des embauchoirs, toujours :
 
Je le répète toujours, de bons embauchoirs permettront à vos souliers de conserver leur forme le plus longtemps possible.
Sachant que cette paire est faite pour braver les intempéries, il ne faudra pas oublier de placer des embauchoirs en cèdre rouge pour absorber l'humidité afin qu’elle ne stagne pas dans le cuir.

Surtout, ne faites jamais sécher vos chaussures près d’un radiateur, les embauchoirs s’occupent de tout.  
Crème nettoyante :
Comme votre peau, le cuir a besoin d’être hydraté de temps en temps. Je conseille d’appliquer une noisette de crème nettoyante sur vos chaussures une fois par mois. Cela permet à la fois de retirer toutes les impuretés et de nourrir le cuir.